Fabien Crespel, PLC2 Mathématiques du site de Nantes, Cécile Isquierdo, PE2 du site de Nantes et Laetitia François, PE2 du site de la Roche sur Yon ont participé à un stage de pratique accompagnée à Johannesburg.


Découvrir le monde de l'enseignement français à l'étranger, via le suivi de stages de pratique accompagnée, est une opportunité qu'ont su saisir quelques stagiaires (professeurs des écoles et de lycées ou collèges) de l'IUFM des Pays de la Loire. Direction l'Afrique du Sud.

Pourquoi avoir choisi l'Afrique du Sud ?
Tout d'abord, il s'agit d'un pays anglophone chargé d'histoire. Puis, ce qui a réellement motivé notre choix, c'est le projet Thulani. Il s'agit d'un travail entrepris par des professeurs des écoles il y a deux ans pour aider et former les professeurs locaux d'une école de Soweto (Thulani est le nom de l'école).
Avant de partir nous ne ne savions pas exactement ce que nous allions faire professionnellement. Nous étions un peu dans le flou. Cette petite inquiétude s'est rapidement dissipée une fois sur place lorsque nous avons été accueillis par une partie de l'équipe pédagogique. C'est le directeur de l'école primaire qui nous a attendus à l'aéroport et nous a conduits dans nos familles d'accueil, familles de professeurs français travaillant pour l'école française. stagiaires IUFM à Johannesbourg
On a su nous mettre très à l'aise dès le départ dans ce cadre merveilleux. Chaque maison (grand terrain, piscine) nous offrait un espace idéal pour travailler et nous reposer (chambre individuelle). En plus de nous loger gratuitement, les familles nous offraient les repas du soir, partagés en famille. C'est donc dans une atmosphère très conviviale que chacun d'entre nous a séjourné pendant trois semaines.
Le fait d'habiter chez ces personnes résidant dans ce pays depuis des années est très appréciable. En effet, elles ont pu nous conseiller au jour le jour tant sur le plan professionnel que touristique.

Qu'avez-vous fait professionnellement ?
Nous avons passé une partie de notre temps au lycée français Jules Verne aux côtés de professeurs exerçant à différents niveaux. Cela nous a permis de voir, après plusieurs séances d'observations dans les classes, comment était gérer le bilinguisme par exemple. Et plus généralement, ce stage nous permis de mieux comprendre le fonctionnement d'un établissement français à l'étranger, les différents statuts des professeurs, les types de recrutements... Des informations importantes pour un éventuel poste à l'étranger plus tard.
Mais nous n'avons pas fait qu'observer. Plusieurs professeurs ont accepté sans problème que nous fassions classe sur plusieurs niveaux, en fonction de notre emploi du temps.

Pourquoi fallait-il prendre en compte l'emploi du temps ?
Parce que nous étions également engagés dans le projet Thulani. Deux jours par semaine, nous partions à Soweto avec une équipe de professeurs des écoles à la rencontre de professeurs sud-africains de l'école Thulani. Sur place, nous avons participé à des cours de grade 3 (équivalent du CE2) jusqu'au grade 6 (équivalent de la 6e). Ce fut une expérience très enrichissante, cela nous a montré entre autres comment étudiaient les élèves (jusqu'à 55 par classe!) et nous avons pu nous rendre compte de la faiblesse de leur niveau. Il faut le voir de ses propres yeux et exercer quelques heures dans de telles conditions pour mieux comprendre les difficultés des professeurs locaux. Le but de ce projet ambitieux est d'accompagner et d'aider ces professeurs, non formés, pour que tous les élèves puissent bénéficier d'une éducation de bonne qualité.

Et le tourisme dans tout ça ?
Lors de nos temps libres (soirées, week-ends...), nous avons pu profiter, grâce aux conseils de nos hôtes, des merveilles qu'offre ce pays. Nous avons pu visiter une réserve naturelle pour y voir de somptueux paysages et des animaux qu'on a l'habitude de ne voir qu'à la télévision (lions, girafes, éléphants... et même un léopard !). Nous avons aussi pu nous rendre jusqu'au cap de Bonne Espérance !

Quel est le coût d'une telle expérience ?
Il est vrai que tout cela représente un budget à gérer. A titre d'indication, le séjour tout compris nous a coûté environ 1300 € par personne, dont 650 € pour les billets d'avions. Il faut savoir que nous ne nous sommes pas privés, donc pour les petits porte-monnaie, on peut économiser sur les restaurants et organiser autrement la partie touristique (par exemple, aller voir les paysages près du Lesotho plutôt que d'aller jusqu'à Cape Town). De plus, une aide de 200 € par personne de la part de l'IUFM devrait nous être attribuée.

Points négatifs du séjour ?
Ce qui nous a le plus ennuyé pendant ces trois semaines, c'était notre dépendance aux transports. Le réseau de transport en commun quasi inexistant (mais il devrait être amélioré en vue de la coupe du monde) et l'insécurité dans les rues de Jo'burg nous laissaient peu de liberté pour bouger seuls.

En tout cas, ce fut une belle occasion de comprendre un peu ce pays de l'intérieur et nous encourageons vivement les étudiants intéressés à se saisir d'une telle opportunité.